J'AIME L'ITALIE - Le Blog

Un blog pour les amoureux de l'Italie

Archive de ‘Business’


BNP Paribas prend le contrôle de Findomestic

La banque française, qui détient par ailleurs BNL, a pris le contrôle de Findomestic, deuxième acteur du crédit à la consommation en Italie créé il y a 25 ans par Cetelem (aujourd’hui marque du groupe BNP Paribas),  en acquérant une participation additionnelle de 25 % auprès de la banque Intesa Sanpaolo.

Avec cette opération, « BNP Paribas, qui détient désormais 75 % du capital de Findomestic, vient compléter la position de BNL », sa filiale italienne, sur son troisième marché après la France et la Belgique, a expliqué Baudouin Prot, directeur général du groupe.

Concernant les 25 % encore détenus par Intesa Sanpaolo, BNP Paribas a conclu un accord sur le sort de cette participation entre 2011 et 2013 proposant trois options, à savoir un rachat, une mise sur le marché ou une cession à un tiers.

BNP Paribas reprenant la main sur Findomestic entend tirer partie de son réseau italien via BNL en développant notamment les ventes croisées. La part de marché combinée Findomestic / BNL est de 12,4 %.

Voir :
 - L’article des Echos du 5 Août 2009
 - le site de Findomestic en Italie
 - le site du groupe BNP Paribas en France

Le point sur la filière automobile en Italie et FIAT en particulier

Le gouvernement italien a adopté vendredi une nouvelle série de mesures anti-crise, principalement pour relancer les ventes d’automobiles, demandant en échange, comme la France, aux constructeurs de garder leurs usines dans le pays et de maintenir les paiements aux fournisseurs en difficulté. 

L’une des principales mesures est la mise en place d’une prime à la casse d’un montant de 1.500 euros, afin que les Italiens achètent des voitures plus récentes et moins polluantes. La mesure, qui concerne les voitures ayant plus de dix ans, peut permettre de changer jusqu’à « 15 millions de voitures », selon le gouvernement. 

Voir article du Figaro du 6 Février 2009

 

De quoi relancer des ventes qui s’écroulent depuis plusieurs mois en Italie, amenant le groupe Fiat à mettre massivement ses salariés au chômage technique. 

Le groupe automobile italien Fiat, qui avait réussi ces dernières années un redressement spectaculaire, ne sera pas épargné en 2009 par la crise qui touche tout le secteur et s’attend à une très sombre année. 

Voir article AFP du 22 Janvier 2009

 

FIAT n’est pas resté inactif durant cette période, le plus spectaculaire étant une potentielle alliance annoncée avec le plus petit des “big tree” : le constructeur américain Chrysler. 

Voir article dans le Courrier International du 21 Janvier 2009

 

A noter également, les rumeurs sur un autre rapprochement possible, avec le français PSA Peugeot Citroën, quoique vite démenti… 

Voir article du Figaro du 22 Janvier 2009

Décollage de la nouvelle Alitalia avec Air France-KLM à bord

La nouvelle Alitalia voit le jour mardi 13 janvier. La compagnie, issue du rachat par une alliance de grands patrons italiens et de sa fusion avec Air One, a conservé son nom historique.

Disposant d’un réseau allégé par rapport à l’ancienne Alitalia, la nouvelle compagnie desservira 70 destinations, dont 23 nationales, 34 internationales et 13 intercontinentales, avec 670 vols quotidiens prévus.

Lundi, la nouvelle Alitalia a officialisé son alliance avec Air France-KLM, qui prend 25% de son capital.

Ce partenariat ne devrait, en revanche, pas changer grand-chose pour les passagers d’Air France-KLM et d’Alitalia. Les deux compagnies collaborent depuis plusieurs années dans le cadre de l’alliance SkyTeam ainsi que d’un joint-venture. De plus, la nouvelle Alitalia conservera ses deux marques, Alitalia et Air One.

Pour en savoir plus :

 - un article de fond sur lci.fr

 - une revue de la presse italienne sur nouvelobs.com

Monte dei Pashi di Siena a racheté Banca Antonveneta

La banque italienne Banca Monte dei Paschi di Siena,  surnommée la plus vieille banque du monde (elle a été créé en 1472), a annoncé un peu plus tôt ce mois, le 8 novembre, avoir conclu le rachat de la banque régionale italienne Banca Antonveneta à l’espagnole Santander (qui venait elle même de l’acquérir lors du fortement médiatisé rachat d’Abn Amro opéré il y a peu conjointement avec la Royal Bank of Scotland et Fortis).

Banca Monte dei Paschi di Siena renforce ainsi son réseau bancaire, particulièrement dans le nord de l’Italie. Le rachat d’Antonveneta devrait faire de la banque toscane le numéro trois italien du secteur derrière UniCredit et Intesa Sanpaolo.

Wikipedia / Monte dei Paschi di Siena

Monte dei Paschi di Siena (site officiel en italien et en anglais)

Impact de la crise des subprimes aux États-Unis sur la croissance de l’Italie

Difficile de prévoir comment évoluera cette crise, et en particulier quel sera son impact sur l’économie américaine. Au-delà du recul de croissance prévisible à court terme, c’est le fait que cette crise puisse être un effet précurseur d’une crise plus profonde lié à l’endettement excessif des États-Unis qui inquiète.

Soit, hypothèse la moins probable, les américains se serrent la ceinture pour retrouver un niveau plus raisonnable d’endettement, et en ce cas toutes les économies se retrouveront impactées par le ralentissement du moteur mondial de la croissance. Soit, un nouveau tour de passe-passe monétaire leur permet de se rééquilibrer, mais en ce cas ce sera au détriment d’autres pays (car il faudra bien que quelqu’un paye…). Et comme on imagine difficilement leur plus gros créancier - la Chine - perdre, il faut que l’Europe se méfie.

Concernant l’Italie en tout cas, la situation actuelle de la croissance n’est pas bien brillante :

-         La croissance italienne a ralenti au deuxième trimestre, affichant une hausse de 0,1% seulement par rapport au premier trimestre. Sur un an, la croissance atteint seulement 1,8%.

-         Pour mémoire, au premier trimestre, la croissance s’était élevée à 0,3% par rapport au trimestre précédent et à 2,3% sur un an.

La croissance italienne au deuxième trimestre a été tirée par la demande intérieure, qui a contribué pour 0,4 point tandis que le commerce extérieur l’a amputée de 0,2 point et les variations de stocks de 0,1 point. Les fondamentaux sont donc les mêmes qu’en France : merci aux ménages qui consomment. L’industrie italienne s’est bien redressée mais souffre d’un défaut de compétitivité internationale en raison d’un Euro fort.

L’acquis de croissance à la fin du deuxième trimestre, c’est-à-dire le niveau de croissance que l’économie italienne est assurée d’atteindre en 2007 si la croissance des deux derniers trimestres est au moins égale à zéro, s’établit à 1,5%. 

Le gouvernement italien table sur une croissance annuelle de 2%. L’OCDE et le FMI ont réaffirmé leur prévision de croissance à 1,9% pour 2007. L’institut de prévision Xerfi prévoit quand à lui une croissance de 1,8% sur l’année. Il est donc fort probable qu’à court terme l’impact de la crise des subprimes ne se limite qu’à accentuer légèrement ce ralentissement.